MR BRUXELLES
X

MOBILITé connectée et partagée

Autopartage en tracé direct ou « One Way »

Lorsqu’ils sont loués, les véhicules d’autopartage des opérateurs tels que Cambio ou Zen Car doivent être remis à leur station de départ. Cette situation empêche le développement de cette offre partagée. A l’instar du modèle « Villo ! », plusieurs villes dans le monde ont adopté le système One Way permettant de déposer le véhicule à une autre station afin de clôturer la location. Le MR demande au Gouvernement bruxellois de mettre en place un tel système.

Autopartage en libre service intégral ou « free floating »

La combinaison des nouvelles technologies et la géo-localisation a permis l’émergence d’un nouveau modèle d’autopartage : le libre service intégral ou « free floating ». Ce modèle est présent dans nombreux pays, notamment en Allemagne, aux Pays-Bas, en Italie, en Autriche, au Canada ou encore au Danemark. Muni d’un smartphone vous pouvez géo-localiser le véhicule désiré, le réserver, effectuer votre déplacement et clôturer la location en stationnant votre véhicule dans la zone définie par l’opérateur. Ce nouveau modèle permet d’éviter la mise en place d’un stationnement dédié. Le MR a proposé ce modèle qui a été repris par l’actuel Gouvernement.

Scooters en libre service intégral ou « free floating »

Sur base du même modèle existant pour les voitures partagées, le MR propose au Gouvernement de prévoir des incitants favorisant l’émergence de scooters électriques partagés en libre service intégral comme c’est le cas à Barcelone, Paris ou San Francisco. Depuis lors, la société Scooty s’est déployée en Région bruxelloise.

Covoiturage scolaire

Les libéraux proposent qu’une personne qui fait le choix d’utiliser son véhicule personnel dans le cadre d’un covoiturage scolaire peut voir sa taxe de circulation réduite de 10 %, 20 % et 30 % lorsque ce dernier assure respectivement le transport d’un, de deux, de trois enfants ou plus, qui sont à charge d’un autre ménage.

Un assistant mobilité prédictif et en temps réel

Le nombre d’applications et d’informations relatives aux différents moyens de transport se multiplient. Le MR propose, à l’instar de la métropole lyonnaise, de mettre en place un service public dénommé multimodal.brussels. Ce dernier aurait pour objectif de concevoir une seule application et un site internet regroupant tous les modes de transport en proposant des trajets combinés prédictifs et en temps réel. Ce service mettrait également en place une billetique unique.

Un régime de vitesse adaptative

Le MR propose d’établir un régime permanent de limitation de vitesse variable sur certains grands axes et tunnels du territoire bruxellois ainsi qu’établir un réseau de panneaux de signalisation à message variable relié à des équipements de récolte de données. L’objectif poursuivi est la réduction de la congestion et des impacts négatifs qui en découlent.

Simulateur de planification de la mobilité

La Région bruxelloise souffre de nombreux problèmes de mobilité qui sont notamment dus à un processus décisionnel peu efficient d’une part et d’un manque de vision intégrée et continue d’autre part. Pour remédier à cette situation, le MR propose de mettre en œuvre, à l’instar de Paris, un simulateur régional de planification de la mobilité. Ce simulateur serait alimenté en continu par tous les acteurs, privés ou publics, afin de modéliser de façon dynamique les phénomènes urbains affectant l’organisation de la mobilité régionale ainsi que l’impact des projets de mobilité sur le développement territorial.

haut de page